Vie quotidienne

5 conseils pour profiter des sports d’hiver sans risque pour ses oreilles

Pour profiter de vos vacances à la montagne sans prendre de risque pour vos oreilles, retrouvez 5 conseils pour prendre soin de votre audition et de vos aides auditives.

Votre valise pour le ski est prête ! Vous avez pris vos gants, votre combinaison, vos raquettes pour faire de la randonnée, vos lunettes de soleil, vos après-ski et évidement votre bonnet. Et c’est justement ce dernier accessoire qu’il ne faut pas négliger. En effet, vos oreilles et votre audition en général peuvent être mises à rudes épreuves lors d’un séjour à la montagne. Pour les porteurs d’aides d’auditives aussi, il y a quelques règles à respecter. On vous explique tout :  

 

Conseil n°1 : On ne laisse pas ses oreilles sans protection

 

Cela peut paraitre évident de porter un bonnet, un cache-oreille ou un bien un casque lors d’un séjour aux sports d’hiver, mais il y a encore trop de vacanciers qui négligent la qualité de cet équipement. Tout comme vos mains, vos oreilles peuvent facilement devenir rouge et s’irriter avec le froid. Elles n’ont que très peu de graisse et vous pouvez facilement ressentir le froid si elles ne sont pas protégées. Nous vous conseillons donc de privilégier des matières douces mais chaudes ou des modèles de bonnets doublés afin de garantir une bonne isolation du froid, mais aussi du vent et de l’humidité. Si vous portez un casque lorsque vous descendez les pistes, vous pouvez facilement ajouter un bandeau en dessous pour garantir que vos oreilles soient bien au chaud également.

Enfin, on n’oublie pas l’autre élément à surveiller aux sports d’hiver : le soleil. En montagne, les UV sont beaucoup plus forts du fait de l’absence de pollution. Là encore, si vos oreilles sont exposées lors du traditionnel déjeuner en famille au bord des pistes, n’hésitez pas à mettre de la crème solaire sur vos oreilles. De quoi les hydrater aussi avant de retourner sous votre bonnet !

 

Conseil n° 2 : On fait attention à l’altitude

 

La montagne, son air frais et sans pollution attire de plus en plus de Français. Certains choisissent naturellement d’aller profiter de leurs vacances dans les stations de haute altitude pour se garantir de belles descentes sur les pistes enneigées. Les plus téméraires iront même pratiquer de l’héliski. Sport extrême qui consiste à sauter à ski depuis un hélicoptère en haut d’un sommet. Que ce soit en remontée mécanique ou en hélicoptère, il faut faire attention au changement d’altitude et à la pression. En effet, si vous avez la sensation que vos oreilles se bouchent lorsque vous prenez les télésièges, attention ! Car une variation trop brutale de pression peut provoquer un barotraumatisme. Un traumatisme lié à la pression dans les oreilles. Cette pathologie, très dangereuse, est également connue des plongeurs et apnéistes qui doivent respecter des paliers lorsqu’ils remontent des profondeurs. Elle peut se traduire par une surdité soudaine, des maux de têtes ou des douleurs vives à l’oreille. En cas de doutes, n’hésitez pas à contacter un médecin.

Pour vous prémunir de ce trouble, prenez votre temps sur les descentes, faites régulièrement des pauses dans la journée et laissez vos oreilles s’adapter.

 

 

Conseil n°3 : On évite les écarts de températures soudain

 

À tous les amateurs de bain scandinave qui adorent aller au sauna et se rouler dans la neige juste après, attention à ne pas en abuser ! Un tel écart de température est peut-être vivifiant pour le corps et l’afflux sanguin, mais votre conduit auditif risque de ne pas apprécier. En effet, s’il est bien connu que sortir avec les cheveux mouillés dans le froid peut rapidement entrainer une otite, les écarts de températures entre un restaurant de spécialités savoyardes bondé et une rue en plein courant d’air sont aussi dramatiques pour votre audition. En plus, à force d’être exposée au froid et à l’humidité, votre oreille peut développer sur le long terme de l’exostose. Une pathologie qui se traduit par une production anormale de tissus osseux. En bref, le corps calfeutre le conduit auditif et le tympan pour les protéger du vent et du froid. Cette maladie est aussi observée chez les surfeurs.  

Encore une fois, rien de mieux qu’un cache-oreille ou un bonnet pour garder vos oreilles protégées. Et si vous ne voulez pas abimer votre coiffure, vous pouvez également porter des bouchons d’oreilles.

 

 

Conseil n°4 : On porte ses aides auditives même sur les pistes

 

Les porteurs d’appareils auditifs sont vivement invités à les porter lors de leur pratique sportive en montagne. Il est possible de craindre de perdre ses aides auditives mais il est important de rester alerte lorsque l'on pratique une activité de montagne. En effet, en cas de baisse d’audition et sans les bénéfices de l’appareillage, on peut ne pas entendre un skieur qui arrive trop vite et qui a perdu la maitrise de sa descente, un enfant en luge derrière soi ou tout simplement ne pas entendre la neige qui dévale une pente. Si le port de vos aides auditives vous garantit une meilleure sécurité, vous pouvez également échanger avec vos proches dans les remontées mécaniques ou lors de la pause déjeuner au chalet. Vous profitez de tous les avantages d’une bonne audition aux sports d’hiver.

Et pour être sûr que vos appareils ne bougent pas pour les plus sportifs d’entre vous, le bonnet ou le bandeau est également un très bon atout. Comme ça, vos oreilles sont protégées du froid et vous n’arrêtez jamais de bien entendre !

 

Petit + : certaines aides auditives de dernières générations proposent un détecteur de chute et peuvent alerter vos proches. Un plus pour votre sécurité, même sur les pistes !

 

 

Conseil n°5 : On protège nos appareils auditifs du froid et de l’humidité

 

Les porteurs d’aides auditives le savent, l’ennemie numéro 1 de leurs appareils est l’humidité. Pour éviter que les composants ne se détériorent, il est important de penser à « sécher » ses appareils régulièrement. Et cela est d’autant plus valable lors de vacances en montagne. Vous transpirez lors de vos sorties en raquette ou à ski ; vous pouvez avoir également un peu de neige fondue qui tombe sur vos appareils… pensez donc à bien déshumidifier vos aides auditives. N’hésitez pas à renouveler leur entretien dans la journée si possible. Vous pouvez par exemple utiliser un spray séchant pour vous accompagner sur les pistes. En cas de transpiration excessive, prenez le temps de faire des pauses et d’essuyer vos appareils et votre conduit auditif avec un mouchoir par exemple.

Les piles des aides auditives peuvent également montrer des signes de faiblesse en altitude. En effet, l’air y est plus froid et sec, cela réduit la tension dans la pile et il peut être nécessaire de la changer plus souvent. En bref, n’oubliez pas de prendre des piles en extra et vos produits d’entretien lors de votre séjour aux sports d’hiver. Vous pouvez notamment opter pour la pochette nomade avec les essentiels pour l’entretien de vos appareils et une boite étanche pour vos aides auditives

 

Petit + : si vous ne voulez plus vous soucier des piles, il existe des appareils auditifs rechargeables. Tout comme vous branchez votre portable, vous chargez vos aides auditives dans un boitier quand vous dormez, et vous êtes sûr de bien entendre durant toute la journée suivante.

 

Pour en savoir plus sur la prévention auditive et sur les appareils auditifs, les audioprothésistes ALAIN AFFLELOU Acousticien sont à votre disposition dans plus de 350 centres partout en France. Et certains, pas très loin des pistes !

 

Plus de publications

En voir plus

Tout ce que vous devez savoir sur l'oreille interne : fonctionnement, problèmes courants et traitements

Nous avons toutes et tous déjà entendu parler de problèmes d’oreille interne, que cela nous concerne directement ou non. Souvent, des vertiges sont associés, parfois une

Lire l'article

Pourquoi avoir une 2ème paire d’appareils auditifs ?

Deux paires d’aides auditives, c’est très utile et indispensable au quotidien ! Alain Afflelou vous explique pourquoi.

Écouter la chronique