Technologies

Qu’est-ce qu’un implant cochléaire ?

Dispositif médical impliquant une opération chirurgicale, l’implant cochléaire permet de restaurer à tout âge des pertes auditives sévères.

À quoi sert l’implant cochléaire ?


L’implant cochléaire est un appareil électronique destiné à restaurer en partie les capacités auditives des patients. Son nom provient de la partie de l’oreille dont il a pour but de remplacer la fonction : la cochlée. Cet élément indispensable à l’audition, reconnaissable à sa forme d’escargot caractéristique, se situe dans l’oreille interne. La cochlée fonctionne à l’aide de cellules ciliées internes et externes, qui ne peuvent pas se régénérer une fois détruites. L’implant cochléaire remplace ces cellules de manière électronique. Les cellules ciliées sont à la base des influx nerveux que le cerveau pourra ensuite interpréter comme des sons. L’implant cochléaire peut ainsi être proposé lorsque le nombre de cellules ciliées devient insuffisant, en raison de l’âge, d’une surdité de naissance ou d’une destruction engendrée par un son de trop fort volume. Il se divise en deux éléments distincts : l’implant à proprement parler (interne) et l’appareil auditif (externe).

 

L’implant cochléaire parvient à suppléer le fonctionnement de la cochlée : les sons captés par le microphone de l’aide auditive génèrent des impulsions électriques que le processeur audio transmet à une sonde. Celle-ci envoie ensuite ses propres impulsions directement au nerf auditif, qui transmet alors les informations au cerveau. Ce dernier est alors capable de les interpréter comme des sons. D’un point de vue général, le dispositif sert donc à stimuler électriquement les fibres du nerf auditif, qui ne sont plus sollicitées par la cochlée.

 

L’implant cochléaire est un dispositif complexe, faisant intervenir une haute technologie pour capter les sons, les convertir en influx interprétables par le cerveau et les transmettre. Il se compose de nombreux éléments :

  • un micro ;
  • un processeur ;
  • plusieurs électrodes ;
  • une antenne.

 

La pose d’un implant cochléaire s’accompagne d’une importante phase de réglages. Le fonctionnement de tout implant cochléaire est en effet réglé sur mesure, s’adaptant à chaque patient et à sa morphologie unique. Une phase d’adaptation du cerveau est également à prévoir. Pour faciliter celle-ci, le patient est accompagné par un orthophoniste qui assure une véritable rééducation. Grâce à leur expertise dans le domaine de l’audition, nos experts ALAIN AFFLELOU Acousticien peuvent vous accompagner dans les réglages de l’aide auditive de votre dispositif d’implant cochléaire afin que vous profitiez d’une qualité durable de votre équipement.

 

L’objectif de l’implant cochléaire est véritablement de vous permettre de communiquer sans la lecture labiale, y compris pour les pertes auditives sévères. Sa pose vise donc une amélioration sensible du confort de vie, le retour à la vie professionnelle, etc.

 

À qui s’adresse l’implant cochléaire ?


L’implant cochléaire est un dispositif médical qui peut être envisagé dans des cas particuliers de pertes auditives. Comme il implique une intervention chirurgicale, il est généralement proposé en dernier recours, lorsque les aides auditives classiques se révèlent insuffisantes, c’est-à-dire lorsqu’un patient est atteint d’une perte auditive sévère.

 

La pose d’un implant cochléaire se révèle efficace principalement pour les surdités de perception, l’un des trois grands types de pertes auditives. La surdité de perception peut être due à différentes causes. L’implant cochléaire peut dont être proposé aux personnes qui :

  • sont touchées par la presbyacousie, une diminution du nombre des cellules ciliées simplement liée à l’âge, lorsque la cochlée est impactée ;
  • ont été exposées au bruit de manière chronique, entraînant une destruction progressive des cellules ciliées ;
  • ont été exposées à un bruit très intense, qui a endommagé les cellules ciliées de la cochlée ;
  • sont atteintes de la maladie de Ménière, liée à des problèmes de pression des liquides de l’oreille interne ;
  • ont pris des médicaments ototoxiques entraînant des effets néfastes sur l’oreille interne.

 

L’implant cochléaire est donc une solution envisageable, que la perte auditive soit innée ou acquise (liée à une maladie ou à un accident).

 

De plus, il n’y a pas d’âge pour bénéficier d’un implant cochléaire. Le dispositif peut en effet être proposé aux jeunes enfants ayant des problèmes de surdité de naissance, aussi bien qu’aux personnes âgées dont le nombre de cellules ciliées a diminué. Lorsque l’implant cochléaire est posé avant l’apprentissage du langage (stade prélingual), les résultats se révèlent particulièrement positifs concernant la compréhension et la production du langage.

 

Un implant cochléaire peut être installé sur une seule oreille ou sur les deux, tout dépend des difficultés rencontrées au quotidien par le patient.

 

Lorsque la perte auditive est plus légère, le port d’un appareil auditif est privilégié. Si vous avez des doutes sur votre degré de perte auditive, vous pouvez à tout moment réaliser un test auditif gratuit en ligne*. À pratiquer dans un environnement calme depuis n’importe quel appareil électronique, il vous permet d’obtenir une première estimation de votre acuité auditive.

 

Comment se passe la mise en place de l’implant cochléaire ?


La mise en place d’un implant cochléaire passe nécessairement par une intervention chirurgicale. Il faut en effet placer les électrodes dans la cochlée. L’intervention n’est validée qu’après une phase d’évaluation destinée à voir si la pose d’un implant est possible et pertinente. Plusieurs situations peuvent en effet rendre la pose d’un implant cochléaire inutile voire impossible :

  • une ossification du rocher ;
  • une malformation cochléaire majeure ;
  • un schwannome (tumeur de la fosse postérieure) ;
  • une neuropathie axonale… 

 

Ces situations peuvent ainsi constituer des contre-indications à la mise en place d’un implant cochléaire.

 

Différents tests permettent de s’assurer qu’une personne remplit toutes les conditions nécessaires à la pose réussie d’un implant cochléaire ; ils comprennent :

  • un test auditif ;
  • un bilan orthophonique ;
  • un bilan médical.

 

Au cours de ces tests sont notamment effectués les examens suivants :

  • un scan de l’oreille interne ;
  • une vérification du fonctionnement du nerf auditif ;
  • divers tests d’équilibre…

 

L’intervention chirurgicale elle-même dure environ 2 à 3 heures. Elle se déroule sous anesthésie générale. Le premier implant cochléaire a été posé en 1976. Depuis plus de 45 ans, les progrès de cette technologie n’ont cessé de rendre la pose plus efficace et plus précise. Le patient ne perçoit cependant pas immédiatement des sons via son implant cochléaire. En effet, les électrodes ne sont raccordées au processeur du dispositif que plusieurs jours après l’opération. S’en suit alors une phase de réglages qui peut durer plus ou moins longtemps selon les personnes. 

 

Le coût de l’ensemble (appareil, opération, bilans, rééducation...) s’élève à 45 000 € en moyenne[1]. L’Assurance Maladie prend en charge le remboursement à hauteur de 16 000 € pour l’implant et 6 000 € pour le processeur. Un forfait annuel de 120 € permet de limiter le coût des piles[2].

 

Les premières perceptions sont très différentes de celles qui arrivent après plusieurs mois d’ajustements et de rééducation auditive du cerveau, indispensables pour l’obtention de résultats en matière de compréhension notamment. Les résultats passent par un apprentissage incontournable, car le cerveau doit réussir à gérer les nouveaux sons perçus. La pose d’un implant cochléaire est ainsi une décision qui doit être envisagée sur le long terme.

 

La partie externe de l’implant cochléaire doit être soigneusement entretenue. Elle fonctionne à l’aide de piles qu’il vous faudra changer régulièrement. ALAIN AFFLELOU Acousticien met à votre disposition tout le matériel d’entretien de vos aides auditives pour que vous puissiez préserver aisément les performances de votre équipement. Les piles de la partie implant sont spécifiques : vous en trouverez dans les magasins spécialisés.

 

* Test auditif gratuit : Test non médical. Il ne remplace pas un suivi régulier par un Oto-rhino-laryngologiste qui est le seul à même de diagnostiquer un trouble auditif et de prescrire un traitement adapté.

 
[1] Source : https://www.cisic.fr/implant/cout-de-limplant-cochleaire
[2] Source : http://generation-cochlee.fr/wp-content/uploads/2016/11/quel-remboursement-pour-les-implants-et-accessoires.pdf

Plus de publications

En voir plus

Effet Larsen et aide auditive : comment s’en prémunir ?

Pour les aides auditives, le Larsen est un phénomène sonore qui se traduit le plus souvent par un sifflement. Comment peut-on s’en prémunir pour son appareillage ?

Lire l'article

Tout ce qu’il faut savoir sur les piles pour les appareils

On distingue plusieurs catégories de piles pour un appareil auditif. Quelles sont-elles ? Quels sont les principaux critères à retenir pour bien les choisir ?

Lire l'article

Comment fonctionne un appareil auditif ?

Outil couramment utilisé en cas de perte auditive, l’aide auditive fonctionne selon un système de base, auquel viennent s’ajouter différentes technologies.

Lire l'article